Birmingham (Angleterre) : dans le cadre du Cheltenham music festival 14 juillet, 22h00 (Parabola Arts Centre)

  • Patrick GiguèreLe sel de la terre, pour ensemble
  • Jonathan HarveySong offerings, pour soprano et ensemble
  • Adrien TrybuckiMagma, pour ensemble
  • Christophe BertrandMadrigal, pour soprano et ensemble
  • George BenjaminAt first light, pour ensemble
  • Musiciens de Court-circuit et étudiants du CNSMD de Lyon et du Conservatoire de Birmingham
    Voix : Olivia Thornber et Sophie Hanne
    Direction : Daniele Rosina

 

 En dehors de leur nationalité française ou anglaise et au delà de leur originalité personnelle, on peut trouver chez les compositeurs de ce programme des points de convergence marquants.
Ainsi, George Benjamin, élève de Messiaen, a-t-il toujours été proche de l’école française et particulièrement de Tristan Murail dont Jonathan Harvey partage les préoccupations spectrales ainsi qu’une certaine forme de poétique contemplative.
En développant l’idée de processus de transformation et d’analyse du son, ce courant français du spectralisme a donné aussi naissance à plusieurs générations de compositeurs qui travaillent sur la répétition et la dérive. Ainsi le regretté Christophe Bertrand et le jeune Adrien Trybucki en sont-ils de bons exemples avec leurs musiques obsessives et micro-tonales composées de mécanismes répétitifs qui dérivent au cours du temps et qui convoquent la virtuosité des instrumentistes.
Echappant à cette  » famille » de compositeurs marqués principalement par le souci de l’harmonie/ timbre et du processus, Patrick Giguère trouve son inspiration dans les interprètes eux-mêmes. Il se dit sans cesse fasciné par la magique intensité des performances musicales, par la sensibilité, par la virtuosité des interprètes et par la physicalité du son.